mythes_soins_palliatifs_sercan

Pour plusieurs raisons, des mythes existent concernant les soins palliatifs dans notre société. Les soins palliatifs sont, souvent, un sujet qui peut faire peur. En effet, nous avons plusieurs idées préconçues sur ceux-ci. Il est donc important de faire la lumière sur la réalité de ces soins. Pourquoi ? Parce que notre opinion à ce sujet est teintée d’éléments qui ne sont pas toujours complètement vrais. Dans cet article, Nancy Royer, conseillère en soins infirmiers à la Maison de soins palliatifs Sercan, nous accompagne afin de déconstruire 5 mythes que nous avons sur les soins palliatifs. 

Mythe 1: Une personne en soins palliatifs qui cesse de manger mourra de faim

Tout d’abord, il est faux de penser qu’une personne souffrant d’une maladie avancée ressent la faim et la soif comme une personne en bonne santé. Ainsi,  si une personne malade cesse de manger, elle mourra de sa maladie et non, comme on le pense souvent, de faim. Il s’agit alors d’un des mythes sur les soins palliatifs qui sont nécéssaires de corriger. 

Mythe 2: La douleur fait partie de la mort

Non, il ne faut pas toujours associer mort et douleur. Autrement dit, ce ne sont pas toutes les personnes qui ressentiront de la douleur dans leurs derniers moments. Toutefois, pour ceux qui ressentiraient des malaises, il y a plusieurs manières de soulager la personne. Les soins palliatifs existent afin d’alléger les douleurs et assurer le confort du patient. 

Mythe 3: La morphine existe pour précipiter la mort

À vrai dire, lorsqu’elle est bien dosée, la morphine est utilisée dans le but de maintenir le confort du patient. Contrairement à la croyance populaire, elle n’accélère pas la mort. Ainsi, ces mythes sur les soins palliatifs ne sont alors pas valides. 

Mythe 4: Les soins palliatifs sont présents lorsque les médecins ne peuvent plus rien faire

Premièrement, notons qu’un médecin accompagne les patients en soins palliatifs jusqu’à la fin. Les soins palliatifs permettent d’optimiser la qualité de vie d’une personne atteinte d’ une maladie en phase terminale. Ainsi, l’objectif du médecin n’est plus la guérison, mais bien de permettre au patient de vivre ses derniers moments dans les meilleures conditions possibles. 

Mythe 5: Ne pas réussir à garder un membre de sa famille chez lui jusqu’à son décès est un échec

Lorsque vous pensez aux derniers moments d’un membre de votre famille, vous espérez peut-être le garder à la maison le plus longtemps possible. Par contre, ses besoins sont parfois trop grands. Avant tout, il est primordial de mentionner que demander de l’aide ne correspond pas à un échec. De ce fait, ces mythes sur les soins palliatifs sont très importants à souligner afin d’enlever une pression non nécéssaire sur les épaules des proches. Vouloir qu’un être cher reçoive les meilleurs soins, quel que soit l’endroit, est tout à fait louable. De plus, vous serez toujours en mesure d’accompagner le patient, et ce, avec l’aide constante d’une équipe de professionnels spécialisée en soins palliatifs. 

 

En conclusion, les soins palliatifs sont souvent mal compris. Il est donc important d’ouvrir la conversation sur ceux-ci afin de les démystifier. Par la suite, il sera possible de briser les nombreux mythes sur les soins palliatifs qui existent toujours.  

 

Nancy Roy, conseillère en soins à la Maison de soins palliatifs Sercan, cosigne ce texte sur les mythes au sujet des soins palliatifs. 

Source: Ordre des infirmières 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *