Portrait de Julie Majeau

Julie est infirmière depuis plus de 15 ans. Après avoir exercé son métier dans des hôpitaux et CHSLD, elle se découvre une passion pour les soins palliatifs et évolue présentement à la Maison de soins palliatifs Sercan. 

Pourquoi choisir les soins palliatifs ?

Dans le domaine de la santé, on glorifie souvent de sauver des vies. Par contre, Julie indique que dans une Maison de soins palliatifs, le fait d’accompagner quelqu’un dans son dernier voyage est très valorisant. En effet, elle mentionne: «[qu’] à la Maison Sercan, on donne des soins personnalisés et tellement humains.»

Quel est ton plus beau moment à la Maison de soins palliatifs Sercan ?

Elle se souvient lorsqu’un Monsieur avec son chien n’allait pas bien, le chien ‘Cookie’ le sentait et allait voir l ‘équipe de soins pour de l’aide. En effet, les animaux apportent un grand réconfort et un amour indéniable aux patients. 

Selon elle, les plus beaux moments se déroulent lorsque les personnes quittent tout doucement ce monde sans aucune douleur, et ce, de manière sereine.

Quelles qualités doit-on posséder pour être infirmière en soins palliatifs?

De l’empathie et de l’humanité. Ce sont les deux premiers mots qui viennent en tête de Julie suite à cette question. Évidemment, il faut beaucoup d’écoute pour faire ce métier et l’équipe de soins de la Maison de soins palliatifs Sercan a de très grands coeurs. 

L’importance d’ouvrir la conversation sur les soins palliatifs

Pour Julie, la mort est une étape de la vie. Ainsi, elle n’a pas peur de travailler avec des gens en fin de vie et, également, d’ouvrir la discussion sur les soins palliatifs. Pour elle, ill est donc important de briser les stéréotypes entourant cette étape. Chez Sercan, ce n’est pas morbide. C’est chaleureux et accueillant. En effet, pour elle, il s’agit d’un privilège d’y travailler.

Pour plusieurs raisons, des mythes existent concernant les soins palliatifs dans notre société. Les soins palliatifs sont, souvent, un sujet qui peut faire peur. En effet, nous avons plusieurs idées préconçues sur ceux-ci. Il est donc important de faire la lumière sur la réalité de ces soins. Pourquoi ? Parce que notre opinion à ce sujet est teintée d’éléments qui ne sont pas toujours complètement vrais. Dans cet article, Nancy Royer, conseillère en soins infirmiers à la Maison de soins palliatifs Sercan, nous accompagne afin de déconstruire 5 mythes que nous avons sur les soins palliatifs. 

Mythe 1: Une personne en soins palliatifs qui cesse de manger mourra de faim

Tout d’abord, il est faux de penser qu’une personne souffrant d’une maladie avancée ressent la faim et la soif comme une personne en bonne santé. Ainsi,  si une personne malade cesse de manger, elle mourra de sa maladie et non, comme on le pense souvent, de faim. Il s’agit alors d’un des mythes sur les soins palliatifs qui sont nécéssaires de corriger. 

Mythe 2: La douleur fait partie de la mort

Non, il ne faut pas toujours associer mort et douleur. Autrement dit, ce ne sont pas toutes les personnes qui ressentiront de la douleur dans leurs derniers moments. Toutefois, pour ceux qui ressentiraient des malaises, il y a plusieurs manières de soulager la personne. Les soins palliatifs existent afin d’alléger les douleurs et assurer le confort du patient. 

Mythe 3: La morphine existe pour précipiter la mort

À vrai dire, lorsqu’elle est bien dosée, la morphine est utilisée dans le but de maintenir le confort du patient. Contrairement à la croyance populaire, elle n’accélère pas la mort. Ainsi, ces mythes sur les soins palliatifs ne sont alors pas valides. 

Mythe 4: Les soins palliatifs sont présents lorsque les médecins ne peuvent plus rien faire

Premièrement, notons qu’un médecin accompagne les patients en soins palliatifs jusqu’à la fin. Les soins palliatifs permettent d’optimiser la qualité de vie d’une personne atteinte d’ une maladie en phase terminale. Ainsi, l’objectif du médecin n’est plus la guérison, mais bien de permettre au patient de vivre ses derniers moments dans les meilleures conditions possibles. 

Mythe 5: Ne pas réussir à garder un membre de sa famille chez lui jusqu’à son décès est un échec

Lorsque vous pensez aux derniers moments d’un membre de votre famille, vous espérez peut-être le garder à la maison le plus longtemps possible. Par contre, ses besoins sont parfois trop grands. Avant tout, il est primordial de mentionner que demander de l’aide ne correspond pas à un échec. De ce fait, ces mythes sur les soins palliatifs sont très importants à souligner afin d’enlever une pression non nécéssaire sur les épaules des proches. Vouloir qu’un être cher reçoive les meilleurs soins, quel que soit l’endroit, est tout à fait louable. De plus, vous serez toujours en mesure d’accompagner le patient, et ce, avec l’aide constante d’une équipe de professionnels spécialisée en soins palliatifs. 

 

En conclusion, les soins palliatifs sont souvent mal compris. Il est donc important d’ouvrir la conversation sur ceux-ci afin de les démystifier. Par la suite, il sera possible de briser les nombreux mythes sur les soins palliatifs qui existent toujours.  

 

Nancy Roy, conseillère en soins à la Maison de soins palliatifs Sercan, cosigne ce texte sur les mythes au sujet des soins palliatifs. 

Source: Ordre des infirmières 

Sercan offre un nouveau service afin de continuer d’aider les personnes endeuillées. En effet, des services de soutien individuel ou de groupe pour les personnes endeuillées de la maladie à coronavirus (Covid-19) sont proposés. Il est à noter que ceux-ci sont uniquement offerts aux résidents de la MRC de Deux-Montagnes et du sud de Mirabel.

Comment s’inscrire au soutien pour le deuil en lien avec la maladie à coronavirus (Covid-19) ?

D’abord, il est possible de s’inscrire gratuitement dès maintenant. Effectivement, vous pouvez communiquer avec nous à ou au 450 491-1912 poste 202. Il nous fera plaisir de vous soutenir dans cette épreuve ainsi que vous aider à trouver des pistes de solution.

Situation du coronavirus (Covid-19) dans les Laurentides

Il est important de souligner que vous n’êtes pas seul. En effet, en date du 14 septembre 2021, 511 décès ont été reportés en lien avec la maladie à coronavirus (Covid-19) dans les Laurentides (INSPQ, septembre 2021). De ce fait, demander de l’aide est tout à fait normal et courageux. Sercan est là pour vous accompagner. 

Bénévoles formés 

En collaboration avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), des bénévoles accompagnateurs ont suivi des formations. Ainsi, ils ont les outils pour vous aider suite à un décès traumatique en lien avec la maladie à coronavirus (covid-19). Il est à noter que ces rencontres seront disponibles par téléphone, en présentiel ou de façon virtuelle. 

Capsules vidéos sur le deuil suite à la maladie à coronavirus (Covid-19)

Madame Sophie Latour, membre de l’ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, offrira des capsules afin de vous aider dans le processus du deuil .  Elle possède également un baccalauréat en psychosociologie de la communication et un certificat en études sur la mort. 

Les capsules vidéos sur le deuil seront disponibles sur la page Facebook de la Maison Sercan au mois d’octobre.

Rapport d’activités 2020-2021

Chaque année, la Fondation Sercan, la Maison de soins palliatifs Sercan et Sercan publient leur Rapport d’activités. De ce fait, nous sommes fiers de vous présenter ce bilan d’une année qui a été particulière dû à la covid-19. Ainsi, il fait le bilan des partenariats, des engagements ainsi que des différentes priorités mises de l’avant au cours de l’année.

Pour consultation: Rapport d’activités Maison Sercan 2019-2020

Le rapport d’activités : Les faits saillants

Mot de la directrice

La directrice, Vickie Boisvert, désirait offrir un petit mot suite à cette année exceptionnelle que nous venons de vivre.  Ainsi, elle concluait son message ainsi:

En fait, c’est en période de turbulence qu’on reconnait l’essence même des gens. Bien que nous ayons dû faire face à de nombreux changements de personnel, je confirme que l’équipe en place est formée de gens formidables qui font preuve d’un dévouement exemplaire et d’une incroyable capacité d’adaptation.Grâce à la mobilisation de chacun, nous avons traversé cette période sans trop de répercussion ce qui nous permet, par la force des choses, de demeurer optimistes pour l’avenir.

Bénévolat

Malgré la pandémie, nos bénévoles ont continué de tendre la main envers la cause et ont plus de 5 000 heures de bénévolat. Dans le rapport d’activités, nous apprenons que la Maison Sercan a 135 bénévoles actifs dont 8 nouveaux.

Il est à noter que nous sommes toujours à la recherche de bénévoles. De ce fait, vous pouvez vous inscrire dès maintenant via la page devenir bénévole.

Sercan

Sercan a pour rôle de soutenir les personnes atteintes de cancer, leurs proches et les endeuillés. En 2019-2020, 174 membres étaient actifs. De ces membres, 28 étaient de nouvelles inscriptions. De plus, le rapport d’activités mentionne que 253 transports médicaux ont été effectués.

Maison de soins palliatifs Sercan

Depuis juin 2015, ce sont 1 085 personnes en fin de vie toutes maladies confondues, qui ont été hébergées et accompagnées. Dû à la présente covid-19, le taux d’occupation a diminué et est, exceptionnellement, de 76%. De ces personnes admises, 89% le sont pour cause de cancer.

Remerciements suite au rapport d’activités

Merci à toutes personnes ayant organisées une activité de financement au profit de la Fondation Sercan. Il est important de noter que votre soutien est essentiel et grandement apprécié.

En bref, nous désirons remercier tous les partenaires de la Maison Sercan, sans qui, nous ne pourrions continuer notre mission.

Assemblée générale annuelle 2020-2021 – Avis de convocation La Maison de soins palliatifs Sercan | Sercan | la Fondation Sercan tiendront leur assemblée générale annuelle le mardi, 29 juin 2021 à 18h30. Si vous souhaitez participer à cette réunion qui se déroulera en vidéoconférence via Zoom, prière de nous confirmer votre présence en envoyant un […]

La covid-19 ne freine pas sa passion

Portrait d’Annie Ladouceur 
Dernièrement, les choses ont changé en raison de la covid-19. Annie Ladouceur est infirmière auxiliaire depuis 6 ans. Elle travaille présentement à la Maison de soins palliatifs Sercan.  En revanche, la chaleur humaine, la douceur ainsi que le respect envers nos patients et familles sont toujours aussi présents qu’avant la pandémie.

Les soins palliatifs, c’est épeurant?

Ayant des années d’expérience dans le milieu hospitalier, elle décide de retourner à son ancienne passion: les soins palliatifs. On peut facilement se demander pourquoi. La mort ne lui fait pas peur? N’aimerait-elle pas plutôt ‘sauver’ des vies que d’accompagner des patients dans leurs derniers moments? À cette question, Annie répond qu’elle: « trouve très gratifiant de les accompagner dans un moment aussi intime que la mort. C’est beau de les aider à cheminer le plus doucement possible.» Elle n’hésite pas à mentionner que son plus beau moment de carrière est lorsqu’elle a décidé de revenir à son premier amour, la Maison de soins palliatifs Sercan, après avoir travaillé dans des centres hospitaliers. 

La crainte de travailler auprès des gens en fin de vie n’a jamais été présente pour Annie. La mort fait partie de la vie. Elle a décidé de ne pas ignorer cette difficile vérité et d’aider les gens dans leur cheminement.  Effectivement, Annie se concentre sur tous les éléments positifs que la Maison Sercan offre à la population. Cette infirmière auxiliaire y vit de belles expériences et  y entend des  tranches d’histoire qui ont marqué certains passages. Elle reçoit également beaucoup de gratitude de la part des familles qui peuvent pleinement profiter des derniers instants avec leur proche.

La covid-19 change le métier d’infirmière, mais l’amour est toujours présent

Les conditions de travail du personnel infirmier ont changé dans les derniers mois. L’équipe travaille fort afin d’assurer la prévention et préserver la sécurité des patients. Par contre, Annie gère bien la pression et l’imprévu. Elle a déjà vécu le stress du métier lors de ses années au bloc opératoire. Ce qu’elle trouve difficile, c’est que, pandémie de la covid-19 oblige, les visites sont réduites. Pour les patients, ce n’est jamais facile. Ainsi, elle travaille encore plus afin de les faire sourire. Si un patient demande un gros déjeuner … L’équipe de soins de la Maison Sercan lui cuisinera une petite douceur avec grand plaisir.

Quelles qualités doit-on posséder pour être infirmière en soins palliatifs?

L’empathie. C’est la première réponse d’Annie qui mentionne que l’empathie est une qualité essentielle pour travailler dans les soins palliatifs. En effet, il faut être très humain. Ce sont des moments difficiles pour les patients et les familles. L’équipe de soins se doit d’être patiente et compréhensive afin d’offrir le soutien nécessaire. La Covid-19 ne change pas cela. 

L’importance d’ouvrir la conversation sur les soins palliatifs

Annie croit que la peur autour des soins palliatifs est souvent liée à l’inconnu. En effet, la mort fait partie de la vie, mais elle ne fait que très rarement partie de nos conversations. Les soins palliatifs sont remplis de beaux et doux moments. Plus nous en parlerons, moins nous aurons peur de cette dernière étape de la vie. La covid-19 prend, naturellement, beaucoup d’espace dans la sphère médiatique, mais les maison de soins palliatifs doivent être davantage médiatisée. 

La fin de vie n’arrête pas

Saint-Eustache, le 1er avril 2020. Pour le bien-être et la sécurité de tous, le Québec est présentement en période d’arrêt. Malheureusement, la maladie ne prend pas de pause. Ainsi, la fin de vie fait toujours partie intégrante de notre réalité. La Fondation Sercan fait donc appel à la générosité de tous.  Votre soutien est primordial afin d’assurer la continuité de l’accompagnement et du soulagement des personnes malades en fin de vie. «Nos donateurs ont, plus que jamais, un rôle vital dans la continuité de la Maison de soins palliatifs Sercan» mentionne Vickie Boisvert, directrice générale.

La situation actuelle pour les maisons de fin de vie 

Le contexte actuel amène la Fondation Sercan à reporter ses activités de financement. « C’est le devoir de tous de se serrer les coudes et de respecter les directives actuelles. Par contre, malgré cet arrêt, la Fondation Sercan se doit de continuer d’amasser 640 000$ en dons par année. Il faudra redoubler d’ardeur afin d’offrir le soutien financier nécessaire pour assurer la continuité de l’offre de soins palliatifs de qualité, et ce, 24h sur 24 » ajoute Madame Boisvert. Ayant accueilli plus de 1000 patients depuis son ouverture en 2005, elle est la seule Maison de soins palliatifs des Basses-Laurentides. La Maison de soins palliatifs Sercan offre une solution humaine essentielle pour vivre les derniers moments dans la dignité, avec le moins de douleur et de détresse possible.

Matthieu Pepper invite la population à faire un don

Dans une vidéo publiée sur la page Facebook de la Maison Sercan, Matthieu Pepper, porte-parole et humoriste, rappelle que «la mort ne prend malheureusement pas de pause ». Ainsi, il invite la population à faire un grand ou un petit don, car « tous les dons comptent ». Les dons peuvent être faits via le site Web maisonsercan.ca. Pour voir l’article dans l’Éveil.

À propos de la Fondation Sercan

La Fondation Sercan soutient la Maison Sercan; organisme communautaire qui offre une panoplie de services essentiels aux gens touchés par la maladie.  Sept chambres privées sont mises à la disposition des gens malades en fin de vie afin de leur permettre de vivre leurs derniers moments dans la dignité et entourés de leurs familles. Pour faire un don: https://www.jedonneenligne.org/fondationsercan/index.php

Covid-19 & maison de soins palliatifs Sercan

Restriction des visites jusqu’à nouvel ordre en raison du Covid-19

Afin de limiter le plus possible les risques de propagation de la COVID-19, de nouvelles mesures ont été adoptées par la Maison de soins palliatifs Sercan dont celle de restreindre les visites.

  • INTERDICTION à tout visiteur qui revient d’un voyage au cours des 14 derniers jours ou qui aurait eu des contacts avec un voyageur ou qui présente des symptômes de grippe, de rhume, de diarrhée, de fièvre ou de toux.
  • Le personnel, les bénévoles et visiteurs doivent entrer par la 1ère porte (arrière du stationnement) qui sera barrée en tout temps – veuillez sonner svp.
  • Le lavage des mains est obligatoire pour le personnel, les bénévoles et visiteurs à l’entrée et la sortie de la Maison Sercan. Tout contact physique et accolade est à proscrire.
  • Tous les visiteurs doivent compléter le registre tel que demandé, à la réception.
  • Les visiteurs autorisés devront respecter les consignes de protection exigées.
  • Restriction des visites : UNE (1) seule personne pré-autorisée par chambre à la fois peut visiter les patients pour un maximum de trois (3) personnes par jour. Seules les personnes autorisées auront accès à notre établissement.
  • Les visiteurs sont restreints à la chambre du patient.
  • Aucune nourriture ne pourra être partagée par les visiteurs aux patients.
  • Aucun café ne sera offert aux visiteurs.
  • Toutes les réunions, groupes d’accompagnement sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Pour toute information en lien avec la COVID-19, nous vous invitons à consulter https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019 ou à téléphoner au  1 877-644-4545. Soyez assurés que le personnel vous informera si de nouvelles mesures devaient être mises en place selon les circonstances. Nous vous remercions de votre collaboration et vous invitons à partager l’information aux personnes concernées. Vickie Boisvert Directrice générale

Activités de financement

Considérant les événements qui se déroulent présentement dans notre communauté et pour le bien-être et la sécurité de tous, nous sommes dans l’obligation de REPORTER nos deux prochaines activités de financement: Le 1000 à Gilles et Fred – 20, 21, 22 mars Quilles-O-Thon, Omnium Bossy/Creamer – 29 mars

Course de Bateaux-dragons Jean-Claude-Langlois

Vous désirez vivre une expérience de ‘team building’ inoubliable au profit de la Fondation Sercan ?

Venez pagayer pour la cause le 15 juin prochain, derrière l’église Saint-Eustache. Lors de cette fête familiale, vous êtes invité à vous joindre à un bateau comme rameur. Le coût pour participer à cette activité est de 200$ par personne. Pour amasser l’ensemble de l’argent nécessaire à votre participation, plusieurs actions peuvent être posées (vente de bonbons, collecte via votre page Facebook, tirage moitié-moitié). Un reçu d’impôt est remis pour chaque don de 25$ et plus. N’hésitez pas à faire une liste des endroits où vous êtes client pour les solliciter: épiciers, marchands, dentistes, garagistes, comptables, institutions bancaires, etc.

Course des canards Jean-Guy-Lefebvre

Les billets pour la Course des canards sont en vente aux bureaux de la Maison Sercan (50, rue Chénier) au coût de 5$ le billet. Achetez un billet et vous courrez la chance de gagner un des quatre prix en argent totalisant la somme de 1 900$. Le tirage aura lieu le 24 juin à midi, dans les jardins du manoir Globensky. Venez assister à cette course dans le cadre des festivités de la Fête Nationale!

Le visage des ambassadeurs de la campagne des épinglettes du mois de novembre

Pour ceux qui suivent la page Facebook de la Maison Sercan, le mois de novembre a été un mois occupé ! En effet, des membres importants dans la communauté de Sercan ont porté l’épinglette pour la cause. Nous vous avons publié le portrait d’employés, de membres, de bénévoles ainsi que de proches qui ont accompagné une personne qui leur était chère à la Maison de soins palliatifs. Ensemble, nous avons émis l’importance de parler de la cause afin d’assurer la survie de la Maison Sercan. Merci pour vos réactions et commentaires sur l’ensemble des portraits. Pour plus d’information: http://dev.maisonsercan.ca/activites-de-financement/en-novembre-on-porte-lepinglette-pour-la-cause/

Un 5 à 7 pour célébrer ce succès

Le 29 novembre dernier avait lieu un 5 à 7 festif au Resto Bar Le Four. L’événement avait pour but de célébrer et remercier l’ensemble des participants qui ont pris une publicité dans le journal LÉVEIL dont 50% des ventes de celles-ci étaient remises à la Fondation Sercan. Durant la soirée, le montant accumulé lors de la campagne En novembre, on porte l’épinglette a été dévoilé, c’est plus de 7 300$ qui a été amassé. Merci à tous !

Nouveau partenariat avec Dépotium Mini Entrepôt à Saint-Eustache

La Fondation Sercan était à la recherche d’un emplacement pour remiser divers objets depuis quelques semaines déjà. Heureusement, notre directrice, Vickie Boisvert, ainsi que une des membres du conseil d’administration, Mélanie Monette, ont trouvé la perle rare. C’est chez Depotium Mini Entrepôt à Saint-Eustache que M. George Atme nous offre un bel emplacement sous forme de don à la Maison Sercan. Un gros merci à M. George Atme ainsi qu’à toute l’équipe de Depotium Saint-Eustache pour votre générosité!